River Woods Village

Bienvenue à River Woods Village. Si vous êtes créatifs et que vous adorez les RPG, alors ne cherchez plus, mais inscrivez-vous ! Une aventure vous attend.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bain de minuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gabrielle de Valmont
Vampirisme
Vampirisme


Messages : 20
Date d'inscription : 15/07/2015

MessageSujet: Bain de minuit   Sam 1 Aoû - 0:31

Gabrielle ferma silencieusement la porte d’entrée. Ce soir, elle avait envie de sortir. La nuit était sombre, même un peu fraîche, mais tout à fait noire. Seule la lumière de la lune éclairait la nature. Elle marcha très rapidement pour atteindre ce dont elle avait envie. Après un moment, elle parvint enfin au lac, tellement silencieusement que les créatures nocturnes qui chassaient ou venaient s’abreuvés ne furent pas effrayés. Elle resta un instant sur place pour observer ce spectacle. Elle l’appréciait. C’était beau, simple, cruel, sauvage. Le lac était très grand, et la lumière de la lune faisait de très jolis reflets sur l’eau qui était calme. Après un long moment passé à regarder, juste observer, elle se décida à se lever. Elle retira d’abord une chaussure, remonta son jeans. Elle avait envie de mettre un pied dedans. Et ce contact la ravit. Elle bougeait son pied doucement dans l’eau, et retira sa seconde chaussure. Petit à petit, elle remontait le plus possible son jean. Jusqu’au moment où ce ne fut plus possible. Là, elle décida de céder à ses envies et de carrément enlever son jeans.
Il n’y avait personne et son boxer montrait moins de choses que les filles en bikini sur la plage, si jamais quelqu’un la voyait. Puis une fois le pantalon retiré, la jeune femme se dit qu’il était superflu de garder le haut. Il serait trempé et le retour serait relativement plus désagréable que l’allée dans ses conditions. L’eau était fraiche, mais elle y entra d’un pas résolu alors que ces vêtements étaient pliés sur le bord. Elle fit quelques mouvements de nage et finit par plonger la tête. Quand elle rouvrit les yeux, elle vit qu’un petit renard s’était terré dans ses vêtements. Cette image l’a fit sourire. Une chauve-souris vint voler vers elle. Elle était au milieu du lac, nageait et regardait le spectacle du vol de l’animal. Puis elle voulut regarder le spectacle sous-marin. Le lac était profond. Elle plongea, et comme elle n’avait pas besoin de respirer, elle suivit un poisson coloré, puis une bande de petits poissons. Son attention se porta ensuite sur une anguille. Elle finit par remonter à la surface, pris un bon bol d’aspiration car c’était agréable tout de même. Puis elle revint paisiblement vers la rive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louka Rivera
Vampirisme
Vampirisme


Messages : 21
Date d'inscription : 15/07/2015

Feuille de personnage
Âge: 21
Côté cœur: Célibataire
Je suis un(e): Vampirisme

MessageSujet: Re: Bain de minuit   Dim 2 Aoû - 17:52

Depuis le début de soirée , Louka avait décidé de vagabonder dehors , à la recherche certainement du calme et de la sérénité. Il est vrai que depuis quelques temps , les élèves semblaient tous fort dissiper. Ils riaient fort , se bousculaient dans les couloirs pour les derniers préparatifs de leurs scolarités , et parfois certains étaient partager dans des crises d'agoraphobie. Louka quand à lui n'était pas du tout si enthousiaste que ça de savoir que le fardeau de la sociabilité allait encombrer sa vie. Il n'était pas forcément marginal pour autant , mais il était fort concentrer dans le doute , et des quelques inquiétudes qui parsemaient son esprit divergeant d'un bout à l'autre de sa boîte crânienne. Il avait d'abord juger de s'aventurer dans les terrains de la ville, mais bien vite l'idée de croiser d'autres étudiants le débecta plus qu'autre chose , à quoi bon faire partie d'un environnement si superficiel lorsque l'on peut très bien passer inaperçu. Il se dit qu'avec le climat qui se refroidissait et qui laissait place à un doux paysage étoilé , rien ne lui aurait été plus beau que contempler la nature que les rues illuminées des lampadaires communs que regorgeait la ville. Il chevaucha d'abord les parterres boisés de River Woods , avant de vouloir s'étendre sur les sentiers qui contournait le lac imposant et paisible. La lune était à son comble , et seule elle , était maîtresse de procurer de la luminosité au chemin du jeune homme. Son visage pâle traversait dans un silence lourd les quelques atomes d'air pur détacher de la pollution urbaine  , et seul les brefs remous du courant du lac pouvaient venir casser ce calme trop dur. Les graviers choisit d'une teinte claire pour contourner ce lac , craquaient sous les semelles de ce dernier , qui ne laissait par conséquent pas du tout la faune dans sa tranquillité. L'ulule d'une chouette vint quand à elle briser davantage ce silence , et à travers son arbre caduque , ces deux yeux jaunes perchés depuis le haut de l'arbre , dévisageaient d'un regard hautain la carrure de Louka , allant de son amont jusqu'à son aval. Il était inutile de préciser qu'il aurait fallut bien plus au jeune homme pour se sentir persécuter d'une menace , et de par conséquent fuir. Louka n'avait jamais été un roublard craintif, bien au contraire , c'était certainement d'ailleurs l'une de ces quelques qualités requises. Tandis que désormais son regard s'était détourner pour s'étendre sur la vaste étendue d'eau qui l'accoudait , il vit à quelques mètres non loin de lui , une silhouette se dessiner dans les pervenches de la nuit. Il n'aurait pu concrètement distinguer depuis ce haut loin , qui aurait pu être à une heure aussi tardive dans cette eau presque clair. Mais ces sens lui fit bien vite comprendre qui se cachait derrière l'anonymat. Il était difficile de penser que le destin avait quand à lui encore pu jouer des tours , mais les faits étaient là. Il se pinça la lèvre inférieure depuis ces canines , l'envie d'aller jusqu'à la cible lui semblait irrésistible , mais il préféra se contenir de cette sottise , se rappelant que rien qu'avoir été une bousculade avait été une sombre erreur qui aurait pu l'amener à sa perte. Et puis il fini par se convaincre qu'il était suffisamment assez fort psychologiquement que pour jeter cartes sur table. Elle avait décider presque de l'humilier publiquement , la partie venait de commencer et n'allait certes pas s'en tenir là. Rien que des explications auraient été judicieux contenu du comportement qu'elle avait pu adopter envers sa personne. Cela ne faisait plus aucun doute , Louka ne voulait pas ou du moins il ne voulait plus jouer les ignares auprès de ces dames prétentieuses. Il s'agenouilla un bref instant pour ramasser sur son chemin quelques pierres plates qu'il glissa dans l'une de ces poches avant d'un jeans noir tailler en skinny , tandis qu'une légère brise s’abat sur son large t-shirt blanc. Il se releva , prenant enfin l'initiative de se rapprocher du bord du lac et maintenant à quelques centimètres de celui-ci fit feu d'une pluie de ricochet. Il jeta un coup d’œil mesquin à sa rivale , qui se tenait désormais sur la rive du lac. Il se tourna vers elle , affichant un sourire en coin , convaincu que sa présence la gênerait plus qu'autre chose , et qu'elle trouverait surement encore le temps de vouloir vomir de ces abominables paroles de vipère. Sauf que cette fois , c'était mal parti. Louka n'avait jamais eu pour habitude de se montrer ingrat envers une fille , surtout aussi jolie , mais la pilule de l'autre jour avait plutôt du mal à être digérée. Il la détailla de la tête aux pieds , plutôt convaincu que soit elle choisirait l'option de la facilité en l'ignorant , soit elle lui lancerait une pique des plus désagréables pour montrer qu'elle était d'une réelle autorité et presque crainte d'autrui. Dans tout les cas , Louka se posa au sol , une jambe tendue tandis que l'autre formait un angle droit en vis à vis avec le sol. Il dérangeait , il le savait , et c'était du à cette même cause qu'il ne pouvait s'empêcher de sourire de façon narquoise. L'odeur de la brune n'était plus aussi présent que dans le bungalow commun , d'une part parce que l'eau qui ruisselait sur son corps jouait une grande obstruction , mais également grâce à l'air frai et non clouté entre quatre murs qui permettait une meilleure diffusion des saveurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle de Valmont
Vampirisme
Vampirisme


Messages : 20
Date d'inscription : 15/07/2015

MessageSujet: Re: Bain de minuit   Lun 3 Aoû - 1:34

Quelque chose venait perturber la quiétude de la nuit. Une autre personne qu’elle venait déranger la nature qui se réveillait, enfin tranquille. Elle le ressentit avant même d’apercevoir une silhouette au loin. Et lorsqu’elle aperçut enfin la silhouette de l’intrus, elle n’eut pas besoin de se pencher sur la question de l’identité de la personne. Le vent qui soufflait l’odeur, chaque carré de sa peau lui criait que c’était l’homme qu’elle avait croisé la dernière fois dans la salle commune. Celui à qui elle avait jeté à la figure de ne plus l’approcher, dans son intérêt, avant qu’elle ne lui fasse du mal. Mais ce soir, elle était plus détendue. Elle avait mangé récemment, la quiétude de la nuit l’apaisait. L’espace était infini, en rien comparable à cette salle étriquée et peuplée. Seule sa tête dépassait de l’eau, et elle observa le jeune homme de ses yeux perçants. Il l’avait vu, elle le savait. Mais il ne semblait pas disposé à faire demi-tour pour autant et la laisser en paix. Qu’à cela ne tienne, elle entreprit de se rapprocher de la rive et de sortir de l’eau. Sa nudité partielle ne la gênait pas, elle n’était pas pudique. Et elle ne voulait pas déranger la petite bête en reprenant ses affaires. Alors que le jeune homme s’asseyait, un sourire qu’elle ne lui avait jamais vu sur le visage, il n’y avait plus que ses pieds dans l’eau, qui lui arrivait à la cheville. Il avait beau sourire, ce sourire n’était pas chaleureux. Et son air décontracté semblait être une provocation, comme si deux lions allaient s’affronter pour le terrain. Pourtant, elle n’avait aucune intention belliqueuse. Et quelque chose l’attirait indéniablement vers lui. Ce n’était pas raisonnable, et ça remettait en cause les années de prudence qu’elle s’était imposée. Il ne fallait pour rien au monde qu’elle n’approche les autres. Un jour, ça finirait mal. Et ça, elle ne pourrait pas vivre avec. Mais il était visible que le jeune homme ne ressentait pas le danger qu’elle représentait. Un sourire en coin, elle lança :

- Ce n’est pas prudent d’être ici à cette heure-là. On ne sait jamais sur quelle bête sauvage on risque de tomber.

Comme pour appuyer ses propos, le cris d’un loup retentit, auquel un autre répondit. Elle avait, depuis son accident, une relation étrange avec les loups et les chauve-souris. Elle avait même, la semaine suivant son accident trouvé un bébé chien loup Tchécoslovaque sur le pas de sa porte. Elle avait bien entendu gardé la boule de poil et l’avait encore. Il était à la maison avec Sébastien. Elle doutait cependant qu’il fut en train de dormir. Sa maitresse absente, il devait être devant la porte à attendre son retour. A force, il finirait peut-être par s’y habituer et retourner dormir avec son cousin. Mais il était vrai qu’en attendant, ses escapades étaient relativement rares. Et quand elle inspira un grand bol d’air frais, elle se demandait pourquoi c’était si peu régulier. Mais elle savait d’avance la réponse : pour n’inquiéter personne. Elle soupira des contraintes qu’elle s’imposait déjà alors qu’elle ne faisait d’efforts que pour une seule personne. Heureusement qu’elle n’était pas d’un caractère sociable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louka Rivera
Vampirisme
Vampirisme


Messages : 21
Date d'inscription : 15/07/2015

Feuille de personnage
Âge: 21
Côté cœur: Célibataire
Je suis un(e): Vampirisme

MessageSujet: Re: Bain de minuit   Lun 3 Aoû - 10:18

Louka détailla la jeune femme de manière continue , elle semblait bien plus détendu que jadis , était-ce une prouesse de la dame ? Ou avait - elle réellement décider de ranger son venin empoisonnant qu'était sa façon si peu délicate de limite agresser les gens. Et cela fut encore plus déstabilisant lorsque cette dernière qui avait enfin finit par le remarquer , lui lança comme il s'y attendait une phrase des plus provocatrice. Cependant , cela ne l'empêcha pas d'émettre un ricanement lorsqu'il entendu le sujet de la question. Le danger , ce n'était certainement pas dans la nature qu'il allait le trouver , à savoir que lui - même en était un. Cela aurait été plutôt à elle de se méfier , car si être seul à cette heure était imprudent , elle aurait du prendre en compte que quand à elle , elle était une femme et dans la logique des choses , c'était plus à elle d'être sur ces gardes. Le hurlement du loup perça la nuit suite à ces propos , et se présenta comme une attente à la réponse de Louka qui se fit attendre de quelques secondes. Calant un timbre de voix des plus calme et détendu , il effleura du revers de son index le bout de son nez où son piercing nasal se mit à gigoter un tantinet.

- Effectivement , on ne sait jamais sur quel bête sauvage l'on peut tomber.

Louka avait reprit quelques peu les propos de la jeune femme , lui retournant ces derniers de manière à ce qu'elle comprenne bien qu'il en était de même pour elle. Bien décider à recevoir cependant autre chose qu'une simple parole , et percer le mystère qu'elle aimait se donner aux yeux des autres , il se releva brusquement et s'avança d'un pas maussade jusqu'à elle. Quitte à jouer avec le feu parfois il fallait assumer de s'en brûler les ailes. Désormais face à elle , ces yeux lui traversaient l'âme , et d'une douce parole il s'étend.

- Tu m'as l'air bien moins farouche. Que me vaut cette honneur ? Tu n'as plus de fidèle public devant lequel tu te dois de jouer la peste redoutée ?

Le regard de Louka se fit plus dur , fronçant les sourcils , et la lune demeurant omniprésente au dessus des deux silhouettes , son teint pâle ne faisait que ressortir davantage. Bien qu'ils soient tout deux présentés désormais à l'air libre , il était à l'instant bien trop proche d'elle que pour refouler ces sens qui commençaient doucement à le regagner , mais cette fois il ne s'avouerait pas vaincu , ni par ces émotions , ni par elle. C'était limpide , il dévorait sa proie des yeux autant physiquement qu'intérieurement. Il la sentait psychiquement lui parvenir , et il commença tout doucement à se rapprocher de ces doutes. Elle n'était pas commune , et bien qu'elle était très séduisante , ce n'était pas que cela qui jouait les faveurs du brun. Voulant défier ces dernières paroles qu'ils avaient entretenus à la sortie du bungalow commun , Louka approcha sa paume de main de l'épaule frêle de son interlocutrice. Cela ne dura que quelques secondes , certes , mais pour celle qui lui avait jurer de ne plus s'approcher d'elle , cela semblait être une confrontation directe. Louka ferma les paupières un court instant , histoire d'humer l'odeur de sa proie pour en ressentir chaque tourbillon de chaleur , pour par la suite rouvrir les yeux qui étaient devenus plus clair qu'auparavant se noyant plus intensément dans le regard de la brune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle de Valmont
Vampirisme
Vampirisme


Messages : 20
Date d'inscription : 15/07/2015

MessageSujet: Re: Bain de minuit   Mer 5 Aoû - 21:07

Un haussement de sourcil dubitatif accompagna la première réplique. Le jeune homme avait-il une bonne raison d’afficher une telle confiance en soi ? Etait-il comme elle, à afficher une prétention apparente, mais justifiée ? Ou était-il, selon toute probabilité, inconscient et prétentieux ? Rares étaient les hommes qui reconnaissaient les situations dangereuses et étaient prudents. Gabrielle se retint de répliquer que le problème n’était pas de savoir qu’une bête dangereuse pouvait roder, mais de savoir a reconnaître avant qu’elle ne lui saute dessus et que ses crocs soient enfoncés dans sa gorge. Ce qui risquait fort d’arriver, si cela continuait.. Car la nuit, son obscurité, l’isolement étaient tout-à-fait propice à sauter sur sa proie et la savourer. Il n’aurait pas le temps de crier de toute façon, même s’il y avait eu du monde. Mais n’étant pas habituée à s’attaquer à une personne vivante, si elle devait s’y résoudre, ce serait dans un cadre exactement comme celui-ci. Frissonnant à cette idée, elle l’a refoula, horrifiée.
Ce qui l’a fit sortir de ce macabre scénario, ce fut le mouvement du jeune homme. Elle n’en manqua pas une miette. Elle le regarda se relever, s’avancer. Elle continua à l’observer. Elle ne le détailla pas de haut en bas, mais ses yeux ne quittaient pas les siens. Elle fut cependant surprise de l’attaque qu’il lui lança en complément de parole. Déjà parce que l’idée d’aimer humilier publiquement quelqu’un n’avait jamais été dans ses goûts, et qu’elle n’avait jamais réellement considéré les autres. Ensuite, parce qu’ils étaient seuls quand elle avait défendu le jeune homme de l’approcher. Et finalement, parce qu’elle n’avait pas imaginer que ses propos blesseraient le jeune homme. Elle s’imaginait qu’il la verrait comme une pimbêche prétentieuse et qu’il retournerait sagement voir sa blonde sans aucun doute plus commode. Il avait eu plus de chance que le pauvre homme qui était venu également ce jour là, sous le regard de tout son groupe d’amis. Louka bougea, se rapprocha d’elle, et n’en perdant pas une miette, Gabrielle eut l’impression de ne plus respirer. Est-ce une impression où bloquait-elle réellement sa respiration ? Il fallait qu’elle fasse attention..

- Aurais-je blessé ton égo ? souria-t-elle, narquoise. J’en suis désolée, même si je tiens à préciser qu’il n’y avait aucun spectateur, pour toi. Mais il est indéniable que ce soir, je suis mise à nue devant toi.

Un sourcil relevé, la tête légèrement inclinée, elle attendait de voir la réaction du jeune homme face à son humour et face au jeu de mot sur sa nudité évidente. Et dans le même temps, elle savait qu’elle ne devait pas continuer à échanger avec lui.. Et pourtant, elle n’avait pas envie de mettre de distance entre eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louka Rivera
Vampirisme
Vampirisme


Messages : 21
Date d'inscription : 15/07/2015

Feuille de personnage
Âge: 21
Côté cœur: Célibataire
Je suis un(e): Vampirisme

MessageSujet: Re: Bain de minuit   Mer 5 Aoû - 21:58

Louka n'était clairement pas surpris pour un sous que cette dernière lui réponde sur un ton des plus narquois. C'est comme si il avait déjà semi analyser le personnage qu'elle était , alors forcément comment aurait-elle pu répondre autrement que de la sorte ? C'était presque comme une évidence. Il soupira , non pas par agacement mais juste pour le principe qu'il se doutait que la réaction aurait été identique à ce qu'il s'imaginait. Il avait plutôt rapidement avaler les paroles de la belle , et s'amusa de savoir que cette dernière pouvait y induire un problème d’ego. Il aurait été stupide de croire ça vis à vis de lui , et se doutait bien que ce n'était qu'une phrase citée par l'envie de provocation. Il resta davantage plus dubitatif sur ce qui concernait sa proclamation concernant sa propre tenue. Bien entendu , elle n'était que très peu vêtue mais de là à dire qu'elle était mise à nue , c'était une vision bien trop importante comparer au contexte. Louka ramena sa paume de main vers lui passant cette dernière depuis ces phalanges écartées au travers de sa chevelure masculine. Il jeta un bref coup d’œil sur la vaste étendue d'eau du lac , avant de décliner son regard de nouveau sur sa proie.

- Je crois que l'égo c'est plus ton problème à toi. Et j'aurai certainement largement préféré te voir nue psychologiquement que physiquement. Après tout , c'est la seule chose qui doit amener des crétins à venir te parler , ton corps.

Louka n'était pas vexer de ces propos mais s'était souvenu que lors de leur première rencontre si l'on peut appeler cela tel quel , elle avait juger d'apporter plus d'intérêt à un simple garçon , qui semblait de toutes évidences dénués de charme. Les yeux de glace du jeune homme se laissèrent illuminer avec la bonté de la lune , pendant qu'il se mit en tête de marcher de quelques pas à reculons de la jeune femme. Des filles comme ça , n'était pas par habitude le genre qu'il se délectait , mais dans le cas présent il aurait presque apprécier la dévorer pour qu'elle prenne conscience des actes et des attitudes qu'elle soulevait chez lui. Il observa d'un regard les vêtements secs de la jeune femme où l'animal semblait toujours y être disposer. Elle devrait certainement trouver l'occasion propice pour se rhabiller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle de Valmont
Vampirisme
Vampirisme


Messages : 20
Date d'inscription : 15/07/2015

MessageSujet: Re: Bain de minuit   Jeu 6 Aoû - 0:08

Un problème d’égo ? La brunette en avait certainement un, mais pas dans le sens où l’entendait le jeune homme. Elle n’avait pas une conscience en soi surdéveloppée, elle ne se pensait pas au-dessus des gens. Au contraire, elle se pensait aussi détestable que le reste de l’humanité. Et avait davantage tendance à se dévaloriser plutôt qu’à se vanter.
Mais si le début de la réponse du jeune homme avait surpris la jeune femme, ce n’était rien comparé la fin. Elle était relativement d’accord sur le fait que les hommes étaient superficiels et idiots. Elle savait qu’entre une femme relativement jolie, et moins tape à l’œil qui leur correspondait parfaitement, ils choisiraient toujours la bimbo allumeuse et grande gueule qui était sexuellement plus attirante. De fait, elle savait la raison pour laquelle venait la plupart des hommes vers elle. Il était certain que ce n’était pas de son caractère dont ils tombaient sous le charme. Ce dont elle doutait en revanche, c’était que le jeune homme fut différent. Surtout lorsqu’il semblait haïr autant son caractère, sa façon d’être. Elle doutait qu’il préféra sa psychologie à son physique.

- C’est bien connu qu’une femme préfère être belle plutôt qu’intelligente, parce que, chez les hommes, il y a plus d’idiots que d’aveugles. Et vu la façon dont tu me regardes, je doute que tu sois aveugle.

En effet, si elle était attentive à lui, à moitié dévorée par l’envie justement de le dévorer, il la fixait intensément aussi, et elle ne se faisait pas d’illusions là-dessus. Elle aurait aimé se rhabiller, ne souhaitant pas spécialement s’exhiber, surtout pour si peu d’effets au résultat. Mais elle répugnait encore plus à déloger la petite bête tant que ce n’était pas nécessaire pour repartir. Elle se demandait quel abri elle pourrait lui faire avec des choses naturelles en échange de ses vêtements.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louka Rivera
Vampirisme
Vampirisme


Messages : 21
Date d'inscription : 15/07/2015

Feuille de personnage
Âge: 21
Côté cœur: Célibataire
Je suis un(e): Vampirisme

MessageSujet: Re: Bain de minuit   Jeu 6 Aoû - 1:13

Louka laissa s'échapper un rire lorsque le timbre de voix de la brune lui vint aux oreilles. C'était stupide de citer de telles paroles , cependant il semblerait qu'elle avait raison , il était impensable de ne pas s'imaginer les filles heureuses que l'on contemple leurs nombrils. Malgré cela , elle avait également raison d'insister sur le fait que lui-même la dévorait du regard , et du moins bien qu'il aie une certaine pudeur pour ne pas aventurer ces yeux sur les formes de son interlocutrice qu'il avait l'initiative de distinguer d'un semblant de respect , il ne pouvait que se persuader qu'effectivement elle était une très belle femme , ce qui était bien sur tout à son honneur. Il s'éloigna encore un peu plus de la belle , finissant par lâcher la fixation de ces iris. Une brise douce s'élança dans l'air du temps , et Louka se rabaissa pour ramasser de nouveaux quelques galets plats qui balança comme de lourdes émotions au loin sur le lac.

- Et toi , tu fais parties de ces ' femmes ' ? Il déclina une seconde fois son visage vers la jeune femme puis surenchérit  sur une intonation de voix identique. Je sais reconnaître un beau bout de viande lorsque j'en vois un , mais souvent par ici , ils demeurent avariés.

Il se racla brièvement la gorge et retourna à son occupation des plus banales. Trop observer un joyaux fêlé pouvait avoir des conséquences émotionnellement parlant très absurdes. De plus , il fallait supposer qu'une pique aussi bien placée de la par de la brune tentait à détourner le regard qu'il posait sur elle-même. Il fixa un point au loin , lâchant du lest de son poignet qui était pourtant en mouvement depuis quelques instants auparavant. Le vent une nouvelle fois se releva , et au plus grand malheur de Louka , la peau de sa partenaire à l'odeur si inimitable vint à effleurer ces narines. Elle sentait divinement bon , une odorat qu'il aurait aimé savourer du début jusqu'à la fin. Il éparpilla un clin d’œil des plus court et huma son parfum jusqu'à la dernière molécule qui s'échappait de son épiderme. Il en frissonna , mais non pas de manière anodine , mais plutôt de façon continue , comme si il commençait à l'avoir dans la peau. Il se pinça le bout des lèvres , serrant sa main cachée par le profil de son corps , de toutes sa misérable force pour se contrôler.

- Si je peux me permettre , avant de penser que ton physique est l'une des choses primaires qui m'intéresse chez toi , tu devrais changer de parfum , c'est assez gênant de le sentir s'étendre dans une atmosphère si saine. Ça gâcherait presque la conversation.

Conversation était un bien grand mot , c'était juste concrètement les quelques premiers mots qu'ils s'échangèrent. Et comme il semblait que rien ne pouvait choquer la belle , Louka tenta de tester ces limites de petites filles parfaite mais néanmoins d'une amabilité infecte. C'était faut - il le reconnaître assez divertissant , et puis c'était aussi une manière détournée pour tenter qu'elle ne s'imagine pas qu'elle lui plait. Même si c'était bien sur le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle de Valmont
Vampirisme
Vampirisme


Messages : 20
Date d'inscription : 15/07/2015

MessageSujet: Re: Bain de minuit   Jeu 6 Aoû - 1:45

Le rire moqueur de Louka lui parvint aux oreilles, mais Gabrielle ne s’en formalisa pas. Elle était taquine, et de fait, pas particulièrement susceptible. Elle se demanda si, objectivement, elle faisait partit de ces femmes. Elle vivait en société, que cela lui plaise où non, l’homme était un être sociable. De ce fait, elle s’était résignée à accepter les règles qu’imposait la société dans laquelle elle vivait. Et dans cette société superficielle, la beauté était reine et suffisait à atteindre beaucoup de choses. Cela dit, l’intelligence, même sans une beauté éclatante, pouvait permettre également beaucoup.. Mais sans doute moins, fut-elle obligée d’admettre tristement. Mais elle était persuadée que si son physique l’aidait à grimper socialement, elle ne serait pas la vulgaire potiche basique. Elle essayerait de gérer des choses, s’investir, se cultiver, jouer un rôle « politique ». La subtilité était sans doute dans le compromis. Il fallait être belle, mais non totalement vulgaire. Et s’il fallait un intellectuel limité, il fallait avoir un instinct inné et sans savoir pour la manipulation. Elle vit son interlocuteur reculer encore, et en déduit que son opinion d’elle baissait. Confirmé par le désintérêt certain qu’il montra par la suite. Tant mieux, ça lui sauvera peut-être la vie ce soir.
Lorsque le jeune homme lui répondit, elle ria franchement de la comparaison qu’il utilisa. Et il avait relativement raison. La plupart des femmes appétissantes étaient la plus part du temps avariées. Une fois encore, les paroles du jeune homme la surprises. Elle ne s’attendaient pas à une attaque sur son odeur, dont jamais personne ne lui avait rien dit. Il aurait pu l’attaquer sur beaucoup de choses, mais pourquoi celle-là ? La plupart des gens ne savaient pas se servir de leur odorat.

- Je suis désolée de te décevoir, mais cette odeur si désagréable à tes délicates narines est mon odeur naturelle. Il faudra faire avec, où bien partir.

Il était tard dans la nuit, son parfum avait été mis tôt le matin, s’était dissipé depuis longtemps et l’eau avait remis les compteurs d’odeurs à zéro. Elle se demandait s’il allait aussi mal prendre cette nouvelle invitation à partir que la première fois. Mais encore une fois, c’était pour son bien à lui, même s’il l’ignorait et la pensait hautaine.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louka Rivera
Vampirisme
Vampirisme


Messages : 21
Date d'inscription : 15/07/2015

Feuille de personnage
Âge: 21
Côté cœur: Célibataire
Je suis un(e): Vampirisme

MessageSujet: Re: Bain de minuit   Jeu 6 Aoû - 2:14

L'odeur naturelle , c'était vraiment ça qu'une fille dénuée de parfum alcooliser sentait ? En tout cas ce n'était pas aussi désagréable que ce qu' il avait essayé de le faire inculquer. Dans le cas présent l'odeur était tellement forte et délicieuse , qu'une simple pincée de poivre et sel aurait suffit à Louka pour littéralement l'engorger. Elle n'avait certainement pas conscience de ce qu'elle diffusait , même une baguette d'encens enfermée dans un aquarium aurait senti moins fort qu'elle. Cependant il sentit que son interlocutrice était effectivement bien plus détendue que dans ces souvenirs , on aurait même pu dire qu'elle était ouverte à un échange prolonger. Manquait plus que ça , voilà que Louka ne savait plus vraiment où se situer dans cette situation. Un coup elle était invivable , un autre elle s'attardait à des sujets divers. Peu commune comme fille , c'est sur et certain. Et puis bien qu'ils n'étaient pas forcément amenés à se connaître , le jeune homme avait comme l'impression de s'inventer presque une histoire tant elle semblait déjà faire partie d'un passage de sa vie passée. Il y avait toujours ce doute qui persistait dans l'esprit de Louka de savoir ce qu'elle avait de si différent des autres filles. C'était bien plus qu'une attirance physique , il avait presque un sentiment affectif envers elle. C'était impensable n'est-ce pas ? Plus le temps passait et plus leur conversation s'étendait peu à peu , et il commençait à découvrir une autre facette d'elle qui le déplaisait davantage. Elle était comme il se l'imaginait. Intelligente , Belle , Taquine. Ce n'était plus du tout la même fille que celle qu'il avait percuté dans le couloir. Il l'appréciait à chaque secondes passées de plus en plus , ça en devenait extrêmement gênant , bien qu'il ne le laissa pas transparaître.

- Je crois que je vais réfléchir sérieusement à organiser une cotisation en ton nom. Afin que ton odeur infecte épargne ta dite beauté.

Cette phrase raisonnait comme la plus belle sincérité. En effet , même si il lui mentait sur l'exactitude qu'elle dégageait rien qu'au niveau de son aura , il aurait adorer que ce parfum lui soit personnel et qu'aucun autre homme ne puissent l'humer. C'était presque présenter sous cet angle sous forme de jalousie , mais malheureusement , Louka n'était pas du genre à s'amouracher aussi vite et surtout sans connaître. Et même si elle était extraordinairement différente des autres , rien n'était prouver , et si ça tombe il n'y avait aucune réciprocité dans ces sensations. L'inaccessible attire disait un homme du passé , mais il peut aussi faire mal. L'étudiant savait que son secret aurait du mal à être mit en contexte dans une relation autre qu'amical ou tout simplement de passage. Et même dans une amitié il était dur , voir presque insoutenable de se faire des amis qui soient autre que ce que lui même est. A par Anthéa qu'il avait retrouvé il y a peu , et quelques connaissances de bases qu'il s'était fait dès son arrivée à River Woods , Louka n'avait jamais concrètement réussi à tenir un quelconque contact avec qui que ce soit. Il lui offrit un dernier regard , qui se voulait dur , car encore une fois elle avait réussi à perturber son mental. Et en l'instant même il ne pouvait de toutes manières pas lui montrer de sympathie directe.

- Je me rends compte que en réalité , ton odeur aussi pestilentielle soit-elle n'est surement en réalité que le bref reflet de ton image , rien que pour faire comprendre aux gens qu'ils ne sont pas les bienvenues en ta présence. Il marqua une pause dans son discourt puis reprit. Dans tout les cas il est clair que je ne voudrais pas déranger ta soirée de solitude idyllique où tu dois certainement être la seule à prendre ton pieds , parce que je reste persuadé que même les animaux comme tout autre personne ne voudrait pour rien au monde se retrouver avec toi.

Il avait quelques peu reprit ces paroles qu'il lui avait lancer la dernière fois lors de leur altercation. Ce n'était pas réellement dit de manière à chercher l'embrouille , mais il était néanmoins curieux de savoir si elle voulait tellement qu'il s'en aille ailleurs ou non. De toute façon elle était spécial comme nana , si son désir le plus cher était de rester seule , elle savait pertinemment comment le chasser , cela avait plutôt bien fonctionner la première fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle de Valmont
Vampirisme
Vampirisme


Messages : 20
Date d'inscription : 15/07/2015

MessageSujet: Re: Bain de minuit   Lun 10 Aoû - 19:24


La demie lune, qui était dans le dos de la jeune femme, éclairait en revanche de plein fouet le visage de Louka. La lumière blafarde accentuait la pâleur de son visage, et faisait ressortir davantage la couleur intense de ses yeux. Ces derniers étaient particulièrement expressifs, ce qui les rendaient envoûtants. Et pourtant.. Pourtant les sentiments qu’elle y lisait étaient loin d’être positifs. Elle savait qu’elle n’était pas aimée, mais ne pensait pas être haïs à ce point. Mais cela ne la blessait pas. Pas réellement. Ni même ne la m’était en colère. Elle était la première à être agressive et très franche. Elle ne réagissait pas de façon colérique quand on l’attaquait. Ca faisait trop plaisir à la personne en face qui provoquait. Là où le calme énervait la personne qui essayait de vous énerver. L’arroseur arrosé. Et surtout, quelque chose se cachait toujours derrière une agressivité gratuite. Quoi que.. Là ce n’était pas gratuit, c’était elle qui avait commencé. Raison de plus pour rester calme et taquine. La provocation était trop grosse dans sa phrase pour y réagir. Que ce soit par le qualification « infecte » pour désigner son odeur, où la remise en cause de sa beauté, il était évident qu’il attendait une réaction. Mais sa seule réaction fut un sourire narquois, très amusée à l’idée du résultat de la collecte pour elle. S’il n’était pas généraux, il risquait d’être très maigre. Peu de gens donnent pour les belles causes, alors pour une personne qu’ils ne supportent pas !
Un regard particulièrement dur précéda des paroles qui l’étaient tout autant. Si la première réplique était provocatrice, celle-ci était cinglante, méchante. Cela dit, elle avait du sens. Si elle puait vraiment, c’était assurément son côté putois et son moyen de défense. Mais quand même, elle ne revenait pas de voir à quel point l’égo du jeune homme avait souffert de sa réplique, ses propos étant encore plein d’amertume.

- A ta place, je ne perdrais pas de temps à essuyer des refus. Personne ne te donnera, et, personnellement, mon infecte odeur est ma fidèle compagne depuis plus de vingt ans. Je ne la changerais pour rien au monde, et surtout pas pour les autres ! Elle fit une pause, et d’un haussement de sourcil, continua. Je conçois qu’on m’approche quand on ne sent pas ce genre d’avertissement. Ce qui m’interpelle en revanche, c’est que tu es toujours là malgré le fait que tu la sentes. Pourquoi tu es encore là malgré ton dégoût évident ?


Elle s’aperçut qu’elle ne faisait rien pour réellement envoyer le jeune homme se faire paître et le faire partir. Ce n’était pas une sage décision.. Mais il lui faisait un effet tout sauf sage. Même lui, semblait être tout sauf sage avec son look de mauvais garçon stylisé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louka Rivera
Vampirisme
Vampirisme


Messages : 21
Date d'inscription : 15/07/2015

Feuille de personnage
Âge: 21
Côté cœur: Célibataire
Je suis un(e): Vampirisme

MessageSujet: Re: Bain de minuit   Jeu 20 Aoû - 23:31

Lorsque les paroles de la belle retentirent dans les airs , Louka ne pu que lâcher un bref rire une fois de plus. Parfois il avait la nette impression que chaque mot que son interlocutrice prononçait , était une invitation à partir , ou du moins à fuir. Il trouvait le contexte des propos tenus complètement stupides , et se retrouva désoler d'y être confronter , m'enfin , c'était certainement le seul moyen concluant pour que la brune daigne avoir une conversation autre qu'avec des regards longs et lourds. Le jeune homme se retrouva quelques peu dans l'embarras , l'envie de poursuivre sur une telle discussion ne le tentait guère , mais il était plus qu'inévitable de devoir répondre aux opinions qu'elle faisait part. Durant le court laps de temps  où elle se mit à confondre ces compléments d'objets directs et ces accommodations corporelles , Louka avait élancer un regard distant sur la ligne d'horizon du lac. Prenant soin de la laisser parler car son éducation inculquée lui avait toujours soumis à être gentleman envers les dames , il finit par hausser les épaules lorsque son discourt fut enfin terminer. De la poche de sa veste , il vint à extirper une cigarette du paquet , qu'il pinça entre ces lèvres avant d'allumer l'extrémité. Il pompa l'air intoxiqué de sa drogue banale , et échappa un épais nuage de fumée blanchâtre. Essuyer des refus ? Elle semblait être confiante du nombre de recale qu'elle se permettait de parsemer aux gens. Malgré cela , il semblait que l'odeur que la conversation voulait tenir de manière péjorative , elle en était également fière. Un sentiment prétentieux de plus à ajouter à son tableau d'honneur. Elle avait beau l'air d'avoir la tête sur les épaules , la seule chose qui faisait qu'elle était de cette tranche de femme était le simple fait qu'elle se montre mauvaise envers autrui.

- Il me semble que tu es clairsemée dans le sujet. Premièrement car je n'essuie aucun refus , deuxièmement pour croire que ce sont des refus , il faudrait que je tente de te courtiser ce qui n'est absolument pas le cas , et troisièmement qui t'a parler de te changer ne serait-ce que toi ou ton odeur pour les autres ? Tu manques cruellement de discernement mais ça encore c'est un autre sujet dont je ne suis même pas sûr de vouloir parler. Il reprit une bouffée de son long stick de tabac , qu'il bloqua un bref seconde dans sa poitrine avant de libérer cette dernière. Crois-tu réellement qu'une odeur viendrait à me faire fuir ? Qu'un bruit en ferait tout autant ? Mais surtout , crois-tu que je vais fuir face à toi par principe que tu aurais une odeur différente de celles des autres , ou que tu sois le genre de fille à remballer tout le monde par plaisirs ? Il détourna de nouveau son regard sur le large du lac , la clarté de la lune reflétant dans l'eau s’abatta comme un miroir dans les iris du jeune homme châtain. Malheureusement pour toi non. Et si tu te considères comme une ' menace ' c'est quand réalité tu n'en es pas une. Une menace ne s'annonce jamais.

Louka se remit en place , sa cigarette toujours présente dans le croisement de ces doigts. Il détailla une dernière fois la jeune femme trempée de la tête aux pieds , se disant que très peu de femmes auraient eu une telle audace , surtout avec des inconnus. Il finissait par se poser des questions sur la sensibilité de cette dernière , car bien qu'elle lui plaisait physiquement comme néanmoins intérieurement , bien que son comportement soit des plus incompréhensif , il aurait aimé gratter l'écorce de l'arbre dont elle en faisait sa carapace pour voir si derrière tout ce baratin se cachait cependant une bonne âme. Louka aimait les filles aux caractères fort , mais il appréciait encore plus lorsqu'elles pouvaient se montrer tout autant différente en tête à tête. Il était bien trop jaloux de nature que pour laisser ne serait-ce quiconque s'approcher d'un de ces coups de cœur. Et si en plus de ça , celle qu'il aime pouvait également jouer les garces auprès des autres hommes , c'était tout gagner. Malheureusement , il se souvient qu'il n'a jamais pu avoir ce réel accord. Sa dernière copine avait été assez stupide que pour se laisser influencer par d'autres mecs. Dommage que le dernier visage qu'elle vu n'était que celui remplit d'amertume de Louka. Il s'en voulait profondément de ce qui s'était passer , mais s'était jurer de ne plus offrir son cœur aussi facilement quitte à ne plus jamais en faire l’offrande. Il n'aimait guère être le rôle principale d'un affront sentimentale. Par ailleurs il savait qu'il aurait toute sa vie le visage figer de son ex gravée à l'indélébile dans sa mémoire , et l'idée de repenser au dernier soupir qu'elle a eu lui provoqua une longue vague de frisson. Ce qu'il avait fait d'elle , lui avait plu , jamais autant il ne s'était amusé à rendre quelqu'un au silence. Il avait même eu l'opportunité de recevoir un carton d'invitation pour le dernier adieu. Il chassa cette idée de sa tête , mordillant sa lèvre inférieure avec insistance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle de Valmont
Vampirisme
Vampirisme


Messages : 20
Date d'inscription : 15/07/2015

MessageSujet: Re: Bain de minuit   Ven 21 Aoû - 18:13

Entendre un rire moqueur à chacune de ses paroles commençaient à agacer la jeune femme dont le sens de l’humour n’était pas suffisamment le fort pour être habituée à ça. Le jeune homme dans son entier commençait à l’agacer, avec son attitude je m’en foutiste et la haine emplie de dédain qu’il lui manifestait depuis le début de cette rencontre et qui s’accentuait davantage de minute en minutes. S’il la détestait autant, pourquoi n’était-il pas partit depuis longtemps ? Et s’il estimait de pas avoir à partir lui et que son égo le poussait à rester, pourquoi ne pas l’ignorer ? Ce qu’elle comptait bien faire dès à présent.
Un coup de vent se leva, mais ne fit pas frissonner la brunette dont la température corporelle n’était plus ce qu’elle était depuis plusieurs années maintenant. N’ayant plus un sang si chaud dans ses veines, elle peinait à ressentir le froid qui aurait dû la tétaniser entre l’eau glaciale et le vent. Mais, ses souvenirs d’humain étant encore très frais, elle se souvenait de cette sensation et arrivait à la simuler pour faire illusion et ne soulever aucun soupçon. Aussi s’appliqua-t-elle à avoir un frisson et s’avança vers ses vêtements, câlinant le petit renard au passage. Elle enfila ses vêtements et vit le petit animal rester entre ses jambes. Son chien n’allait pas être ravi si elle le ramenait, pensa-t-elle gaiment, attendrie par le comportement de la petite bête. Et bien que son intention soit en apparence fixée sur le renard, une partie d’elle-même restait sur ses gardes, et ne lâchait pas Louka. Elle l’entendit sortir et allumer une cigarette. Et cela ne l’étonna pas. Il avait le look, le genre à fumer, bien que cette remarque fut un peu superficielle. Mais outre le look, elle sentait l’odeur insidieuse de la cigarette sur ses vêtements, sur lui.
La jeune femme fixa à nouveau son interlocuteur lorsque celui-ci lui parla. Et cette fois-ci, ce fut de l’incompréhension qui se lut sur le visage de la jeune femme. Surtout lorsque le mot « courtiser » fut prononcé. Il y avait dû avoir une sacrée incompréhension entre les deux pour la réponse soit si peu adaptée à la sentence précédente. Avait-il crut qu’elle se targuait de lui mettre un rateau et d’agir comme a avec tous les hommes ? Gabrielle n’avait aucune prétention à plaire à tout le monde, et encore moins à recaler tout le monde. Elle voulait simplement dire qu’elle était globalement détestée et que la cotisation serait un flop total. Rien qui n’allait amené une réponse aussi méprisante, d’après elle. Elle savait par moment qu’elle était infecte, notamment lors de leur première rencontre, elle en avait eu conscience. Mais elle s’étonna à l’idée que maintenant, même quand elle ne faisait rien pour l’être, elle était quand même détestée.
Elle n’aima pas que, par la suite, il critique son intelligence et son discernement. Surtout qu’il avait le toupet de demander qui avait parlé de la changer elle ou son odeur. Mais c’était lui ! Lui qui avait dit qu’elle « devrais changer de parfum » et que pour cela, il fallait « organiser une cotisation ». Et puis zut, c’était lui qui se plaignait de son odeur infecte qui était gênante. Qu’il veuille la supporter était masochiste ou stupide. Mais la fierté des hommes les rendaient souvent stupides. Comme de lui dire qu’elle n’était pas une menace, parce qu’une menace s’annonce jamais. Le ciel ne devient-il pas gris et menaçant avant que la foudre ne frappe ? Les hommes sont simplement trop stupides pour prêter attention aux menaces qui les entourent, et trop prétentieux dans leur capacité à les vaincre.
Alors qu’une colère sourde envahissait la jeune femme, elle fut écartelée entre deux choix. Le premier, le plus tentant, était de sauter sur le jeune homme, le plaquer au sol et planter ses canines dans la chaire probablement tendre de son cou. Tout en le laissant conscient pendant qu’elle se délecterait de son sang, pour qu’il comprenne et regrette d’avoir été aussi présomptueux et idiot. Mais si elle faisait ça, elle n’arriverait pas à s’arrêter avant de l’avoir vidé de son sang. Et elle devrait vivre avec son premier mort sur la conscience. Le second choix était de partir, maintenant, avec une indifférence suprême. Comme elle faisait habituellement, fuir les gens. Mais ca demandait un courage que, ce soir, elle n’avait pas. Elle sentait déjà ses crocs s’allonger dans sa bouche, et le chasseur en elle s’impatientait. Chaque mètre carré de sa peau était en alerte, prêt à l’action. Même ses poils s’étaient hérissés. Ses pupilles s’étaient probablement dilatées aussi. Et elle le voulait lui. Tous ses désirs en ce soir étaient centrés sur lui et elle savait qu’elle ne pourrait être satisfaite en allant chasser un animal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louka Rivera
Vampirisme
Vampirisme


Messages : 21
Date d'inscription : 15/07/2015

Feuille de personnage
Âge: 21
Côté cœur: Célibataire
Je suis un(e): Vampirisme

MessageSujet: Re: Bain de minuit   Jeu 17 Sep - 20:07

Louka savait pertinemment que plus les secondes et les minutes défilaient , plus il attisait la haine dans la conversation. Il faut dire qu'il n'avait jamais été d'un quelconque tact envers la gente féminine , mais l'étaient-elles , elles aussi ? Chacun a son petit truc agaçant , mais Louka cela en était presque devenu une fâcheuse habitude. Il n'avait concrètement rien de spécifique à reprocher à la brunette si ce n'était leurs premières altercations , mais les filles de cette école avaient fini par le rendre fou , bien que ça ne fasse que très peu de temps qu'il soit parmi les autres. Il n'avait déjà jamais su dans son passer discerner les bonnes relations des mauvaises , et la clope n'était qu'un aperçu anodin de sa décadence. Mais la cigarette c'était encore du à une autre idéologie qu'il la consumait. Il savait qu'il se devait être le plus discret possible en venant à River Woods , et que son odeur à lui ne devait certainement pas échapper non plus aux paladins ou autre abominations de dieu. La nicotine quand à elle avait toujours été présente sur ces vêtements , mais davantage aujourd'hui depuis que le petit paquet de dix-neuf était passer à trente-deux. Il jeta son mégot au loin dans l'environnement qui leurs faisaient face , à savoir qu'il n'était pas un pollueur de nature , il n'avait de toutes façons pas d'autres choix. Il comprit par la même occasion que quelques choses se préparait , et pas forcément quelques choses d'adorable. Ça sentait le roussit entre les deux adolescents , et ça n'allait certainement partir en s'améliorant bien au contraire. Ses sens supplémentaires lui indiquaient désormais de se méfier avec énormément de prudence de son interlocutrice. L'histoire était maintenant fluide. Elle était comme lui , exactement comme lui. L'étonnement ne fut pas des plus grands , et il se mordilla l'intérieure de ces joues pour ne pas le laisser paraître. Il soupira d'une manière presque inaudible , ne la quittant pas des yeux pendant de longues minutes de silence. Mitiger désormais entre le plaisirs de comprendre pourquoi elle lui était irrésistible et la peine de savoir que justement elle faisait partie de ce lot de personnages désavantageux. Enfin , désavantageux était un mot bien imposant , ce n'était pas temps un calvaire que ça , mais ça incluait quelques inconvénients disons. Entendons nous bien , que le jeune brun totalement perdu dans ses pensées , ne savait faire autrement que noyait son regard devenu noir dans les iris de sa collègue. Il descendit son regard sur les commissures des lèvres de la jeune femme , avant d'échapper d'une voix rauque.

- Range-les. Ça n'en vaut pas la peine. Te foutre un mort sur la conscience , surtout un être aussi stupide que celui qui se présente sous tes yeux , tu vaux mieux que ça , non ?

Tenu maintenant debout d'un regard figer , il remit l'encolure de sa veste convenablement , se rendant compte de sa faute , en osant avoir exiger obtenir plus d'explications de sa par. Elle avait raison de lui exiger de ne plus s'entretenir , mais malheureusement tout avait fais en sorte que cela soit plus fort que tout , et elle devait maintenant le savoir. Louka n'était pas du genre à aller chercher plus loin que ce qu'on lui présentait de bases. Comme quoi encore une fois sur ce coup , cette fille avait été différente. Il aurait surement été convenable de lui dire de plus plates excuses à l'heure actuelle , mais même ça , cela pouvait devenir houleux entre les deux étudiants. Avec un peu de chances le supplice qu'ils s'infligeaient à être l'un en face de l'autre pouvait s'abréger rapidement. Et toujours avec de la chance , ils ne se recroisèrent peut-être que de loin , très loin , sur le campus. Les classes n'étaient même pas encore répartie , alors il y avait que très peu de chances qu'ils soient dans le même cadre de vie. Omnibuller à présent par le fait que chacun dérangeait , le jeune ténébreux prit son courage à deux mains , voulant sceller comme un accord un adieu à sa partenaire.

- Je crois qu'il vaudrait mieux pour nous d'en rester là. Et si je peux néanmoins émettre une parole plus amicale à ton égard , je te remercierai tout simplement d'avoir enjoliver cette soirée.

Enfin Louka se détourna prenant enfin le calme et l'autonomie de partir de son plein grès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle de Valmont
Vampirisme
Vampirisme


Messages : 20
Date d'inscription : 15/07/2015

MessageSujet: Re: Bain de minuit   Ven 18 Sep - 20:56

Gabrielle entendit chacune des syllabes prononcées par le jeune homme. Et bien que les sons atteignirent les oreilles de la jeune femme, elle ne comprit pas le sens des mots prononcés. Ce n’était que des sons, sans aucun sens. Son attention était focalisée sur le jeune homme, et quand bien même il avait les meilleurs arguments du monde, ils ne traversèrent même pas l’esprit de la jeune femme. Elle n’était plus cet être sensée, capable de réfléchir. Pour quelqu’un de son espèce, elle était réellement jeune. Très jeune. Un bébé. A peine cinq ans.  Pas assez pour avoir une maîtrise comparable à celle de Louka. Et actuellement, Gabrielle n’était plus qu’une bête. Sauvage. Incapable de comprendre quoi que ce soit. La seule chose qui parvenait à son cerveau, c’était le rythme de ses pulsions. Et son désir de jouer, de planter ses dents dans cette chère tendre et blanche… Elle ne comprit pas davantage le compliment que fit le jeune homme qui s’était relevé, avant de tourner les talons et de lui tourner le dos. Grave erreur. Il ne semblait pas se méfier d’elle, alors même qu’il avait compris ce qu’elle était. Et elle sentit. Elle sentit qu’il savait ce qu’elle était parce qu’il était pareil. Ce qui expliquait l’effet qu’il lui faisait. Bon dieu… Mais ça ne changeait rien. Il avait provoqué quelque chose en elle qui ne s’arrêterait pas à ces petites considérations. Et cette chose avait soif. La brunette détaille le dos de son homologue. Des épaules plutôt larges pour sa maigreur, et des fesses assez rebondies pour être attirantes, ainsi que ces longues jambes… Gabrielle n’en ratait pas une miette et se délectait sans aucune honte, comme jamais dans sa vie. Elle n’était qu’un tas d’impulsions brouillonnes et incontrôlable. Elle voyait le jeune homme partit, et son corps réagit sans qu’elle en ait conscience. Comme un chasseur, elle se déplaça avec une célérité pour se planter devant le jeune homme, lui barrant le chemin. Il s’arrêta, surpris. Il devait vraiment penser que leur entretien était fini et son pas résolu fut surpris par la jeune femme. Ne restant pas face à face, la jeune femme se déplaça à nouveau très vite, et ne cessa de bouger pour perdre sa victime, qu’il ne sache plus où elle était, et par où il devait craindre l’attaque. Mais n’aimant pas spécialement jouer avec sa proie, Gabrielle se décida rapidement à fondre sur sa proie qui, sous son poids et son élan, se retrouva au sol, sous elle. Sachant qu’elle n’aurait pas l’avantage de la force physique, elle joua sur la vitesse et, sans tergiverser, planta ses crocs dans son cou. Les premières gouttes de sang étaient à la hauteur des envies de la jeune femme. C’était si bon ! Et en même temps, si étonnant de boire le sang de l’un des siens… Son côté animal sembla se calmer. Du moins les pulsions assoiffées se calmèrent. D’autres pulsions, plus sensuelles, commencèrent à envahir le corps de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louka Rivera
Vampirisme
Vampirisme


Messages : 21
Date d'inscription : 15/07/2015

Feuille de personnage
Âge: 21
Côté cœur: Célibataire
Je suis un(e): Vampirisme

MessageSujet: Re: Bain de minuit   Sam 19 Sep - 0:01

Surpris c'était le moins que l'on puisse dire. Louka savait que la jeune femme aurait certainement du mal à contenir son envie non pas meurtrière mais presque de devoir se délecter , mais il ne se doutait pas qu'elle aurait eu l'instinct si surpuissant pour en venir rapidement à cet état d'âme. Oui , il était question d'âmes , les membres de vampirisme n'étaient pas différent que par leurs comportements mais par leurs manipulations folles à s'emparer du sang des autres. Il fini par prendre réellement conscience de ce qui se produisait sous ces yeux presque ébahis. Elle était fine , et rapide , certainement trop rapide vis à vis des autres membres du clan , mais pas suffisamment pour défier correctement l’œil de lynx de Rivera. Ses iris , c'était réellement l'atout le plus avantageux que Louka avait développer à son arche , malgré que tout sens soit décupler. Désormais , le doute n'était plus possible , il savait pertinemment qu'elle finirait par jeter son dévolu sur lui. Et ce non pas par charme mais par gourmandise. Il n'en fallut pas plus de deux secondes , pour s'être épris d'un sentiment de mal être accompagné d'une envie inévitable de semer le trouble. Elle s'était jetée sur lui sans aucun scrupule , le bout de ces canines perçant la peau fine et masculine du cou de Louka. Cette sensation , il en avait horreur , il avait haïs le jour où son sang avait pu effleurer une cavité buccale jusqu'à le rendre impuissant à son sort futur. Elle restait là , ces crocs planter , et lui désormais abattu. Il ressentait son flux sanguin s'émaner à d'autre horizon que son parcours d'origine. Et il en devenait presque malade. Malade d'être une nouvelle fois la cible d'une femme trop gourmande , et d'être surtout en position de faiblesse. Il lui fallut quelques bonnes minutes pour prendre conscience qu'il avait encore la force majoritaire pour la repousser , mais c'était sans penser que le geste brutal exécuter prenait quand à lui une allure plus sensuelle. Et bien que la sensation soit maintenant des plus agréables , sentant le corps de sa brune se tortiller presque contre le sien , il ne pouvait tolérer en rester là et la laisser faire de lui ce qu'elle en voulait. Plaquant sèchement sa paume de main à l'arrière de la nuque de la jeune femme , il s'impatienta à l'extirper avec difficulté. Il sentait la dentition se faire bien plus douloureuse , l'extirpation décidée n'était certes par la moins anodine. La peau de Louka se déchirait littéralement à chaque millimètres où il tentait à la dégager. Serrant les deux à son possible , l'instinct de Louka commençait à lui faire également défaut. Propulsant la belle vers l'arrière il se recula brusquement pressant sa paume de main sur l'extrémité de son épiderme. Il avait la haine dans le regard , elle faisait comme à son habitude , elle attisait à la fois son coup de foudre et sa nervosité , et dieu sait qu'il en avait la sainte horreur. Elle était devenue le fruit du démon , l'objet insaisissable de toutes requêtes. Les dents de Louka s'étirèrent à leurs tours , ces gencives en devenant douloureuses, son souffle s'était accélérer et son cœur aurait pu bondir de son enclot. Il se retint le plus longtemps possible avec un succès moindre , et fini par céder en retour à son caprice de lui sauter dessus. Il empoigna ces poignets qu'il mit en violence sur la moquette d'herbe fraîche présente sous eux. Son front coller aux yeux , il dissipa son air noir pour laisser paraître un sourire mesquin. Il aurait aimé lui dire que non mais malheureusement l'inverse était d'actualité. D'un coup de nez annonciateur il se fraya un chemin jusqu'à son propre cou , humant dans un premier temps son odeur délicieuse , pendant que son sang tombait en de lourdes gouttes sur sa partenaire. Il s'avança les crocs prêt à s'y baigner , son souffle se calant au long de la silhouette fine que pouvait être ce passage. Et dans un élan d'imprévus il se détourna d'elle en s'éjectant hors de portée. Il se releva abasourdit par ce qu'il venait d'accomplir , se retrouvant face à ces pensées les plus malsaines. Il ne voulait pas s'offrir ni même avoir un cadeau. Il ne voulait pas être lier à elle , comme il ne voulait plus jamais être lier à d'autre , si ce n'est que par leurs cadavres. Il savait qu'il était fort improbable de tuer l'un des leurs mais il n'était pas suffisamment capable de contrôler ces limites et vu la tournure des événements , l'étudiante devait avoir ce même problème paradoxale. Le corps tremblant de nervosité mais non de craintes , Louka se recula précautionneusement de la scène , gardant un lourd visuel qui en disait long sur la jeune femme. Il était mal , horriblement mal , et n'était en aucun cas prêt à se taper un affrontement avec la femme qui avait réussi à le faire chavirer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle de Valmont
Vampirisme
Vampirisme


Messages : 20
Date d'inscription : 15/07/2015

MessageSujet: Re: Bain de minuit   Sam 19 Sep - 20:04


Gabrielle, dont l’envie avait davantage été de sauter sur le jeune homme et de planter ses crocs plus que de boire, se « laissa » relativement facilement repousser. Elle n’enleva pas ses crocs, laissant sa proie la déloger péniblement, mais elle ne se battit pas pour continuer. Elle resta même les fesses par terre après avoir été rejetée plusieurs secondes, très calme. Elle ne lâchait pas le jeune homme du regard qui, bien évidemment, avait mis une bonne distance entre eux. Mais malgré cette distance, Gabrielle perçut les canines de son homologue devenir apparentes. Si consciemment, elle ne capta rien, car sa conscience l’avait déserté et la désertait encore, d’instinct, elle savait ce qu’il allait faire. Elle voyait la bestialité poindre. Et quelques secondes après, le jeune homme lui sauta effectivement dessus. Elle se laissa faire et tomber, sans chercher à se débattre, cette violence ayant un certain charme. Alors qu’elle le fixait dans les yeux d’un air de défi, elle vit le sourire mesquin qu’il lui discerna. Elle lui répondit, plein de malice, un brin goguenard. Mais alors qu’elle sentait son visage chercher à atteindre son cou, elle fut surprise de ne pas sentir la douleur de la morsure. Plus surprenant encore, le jeune homme s’éloigna à nouveau. Pleine d’incompréhension, Gabrielle releva le buste, s’appuyant sur ses mains. Mais elle ne lâcha pas le brun des yeux. Et toujours plus animale qu’humaine, elle ne s’éloigna pas. Elle ne prit pas en compte le corps tremblant du jeune homme qu’elle avait, de toute évidence, mis dans l’embarras le plus total. Elle ne fit rien de tout ça, rien de raisonnable. La seule chose qui lui importait, c’était son désir, son plaisir. Elle se leva, doucement, sans se servir de ses mains grâce à un équilibre certain, et surtout, sans jamais lâcher des yeux son beau brun. D’un regard intense. Elle avança doucement, de sa démarche la plus féline et sensuelle. Lentement, elle s’approcha du jeune homme. Elle ne souhaitait pas lui sauter à nouveau littéralement dessus, cette fois. Et elle ne souhaitait pas non plus boire davantage de son sang. Elle avait une envie bestiale, mais différente. Lorsqu’elle fut à quelques cm de lui, elle continua son parcours jusqu’à être vraiment très proche de lui. Toujours délicatement, elle avança, non plus ses pieds mais son visage près de celui du jeune homme. Elle posa ses lèvres à la commissure des lèvres du jeunes homme pendant cinq bonnes secondes. Elle recula ensuite son visage de quelques centimètres, guettant intensément la réaction du jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louka Rivera
Vampirisme
Vampirisme


Messages : 21
Date d'inscription : 15/07/2015

Feuille de personnage
Âge: 21
Côté cœur: Célibataire
Je suis un(e): Vampirisme

MessageSujet: Re: Bain de minuit   Sam 19 Sep - 20:28

Elle semblait beaucoup plus décontractée que lui , et c'est ce qui avait ce pouvoir de rendre encore plus fou Louka , lui qui ne savait réellement plus où se mettre. Il comprit , qu'elle savait pertinemment ce qu'elle faisait , et la démarche qu'elle adapta quelques secondes par la suite , confirmait ces dires. Elle usait presque de ces charmes et il fallait reconnaître qu'elle le faisait à merveille. En tant que vampirisme , chaque membre savait qu'ils étaient en quelques sortes issus du fruit du démon , mais elle c'était encore bien pire que ça , elle incarnait presque le sheitan à elle toute seule. Autant Louka semblait ne pas savoir où il s'aventurait autant il ne comprit même pas ce qui lui arrivait quand la fraîcheur des lèvres de la belle vint à affoler le coin des siennes. Elle faisait mal , très mal même de le défier de la sorte. L'envie de poursuivre ce qui était déjà commencer ne faisait que traverser l'esprit de Louka , mais pourtant le jeune homme se l'était jurer , il ne retomberait pas dans ce cercle vicieux. Du moins pas tout de suite , pour ne pas dire jamais. Ne baissant ni sa garde , ni son regard , l'étudiant dévora sa partenaire des yeux dans ces moindres gestes. Elle semblait être douce à l'instant même , et ça lui donnait particulièrement quelques choses de plus que tout les atouts qu'elle a déjà à son compteur. Devenir sa proie ? Jamais. La laisser se démontrer plus câline ? En d'autres circonstances peut-être , mais à l'instant le lieu était mal choisit et le contexte également. Décidément , elle était l'objet de toutes préoccupations. À y réfléchir , peut-être que leurs points communs faisait qu'ils aient un point commun , mais quand à la suite.. Prendre le chemin de l'embrasser serait dans un sens comme dans un autre démontrer la faiblesse qu'elle représente à son égard , et d'un autre côté , Louka avait très peu l'habitude d'embrasser de parfaite inconnue. Il pinça de ces canines le bord de sa propre lèvre inférieure , se contenant de passer à l'acte qui pourrait lui coûter cher. Aussi peut-être qu'elle n'espérait pas plus qu'un baiser d'un soir avant un adieu. Autant de questions qui demeuraient sans réponses chacune d'entre elles. Trop orgueilleux , c'était ce qu'au final il préférait résumer de la soirée. Trop fier que pour admettre qu'il avait ce petit quelques choses pour elle que d'autres n'avait pas réussi à lui arracher. Il finit par se convaincre que ce n'était pas lui qui serait le désir de ces jours , mois et années à venir , et qu'elle trouverait certainement quelqu'un de plus compétent en la matière qu'un simple cancre. Elle était studieuse , lui non , elle était rayonnante et sentait une odeur agréable , lui est pâle et empeste la clope. Un vieux dicton disait autre fois que les opposés s'attire , et Louka savait que ces opposés là devait parfois apprendre à s'éviter. Lui faire du mal , il en serait incapable volontairement , et c'est bien là qu'était le problème également. Il s'écarta davantage d'elle , ce baiser échapper enfin briser , déclenchant en lui même un pincement au cœur des plus atroces. Il savait que partir maintenant aurait été la meilleure solution , mais après ce qui venait de se passer cela aurait été déplacer de fuir de la sorte sans même oser prononcer une parole à son attention.

- Oublie-moi.

Il voulu décamper , c'était maintenant le moment en tout cas adéquat pour le faire , et elle avait été suffisamment spectatrice des sentiments du jeune homme que pour continuer à rester tout deux planter là à ne savoir que faire. Elle lui en voudra certainement , mais finira bien par comprendre d'elle même qu'elle vaut mieux que lui , et que de toutes façons leurs intentions n'étaient certainement pas réciproque à chacun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle de Valmont
Vampirisme
Vampirisme


Messages : 20
Date d'inscription : 15/07/2015

MessageSujet: Re: Bain de minuit   Sam 19 Sep - 21:38

Gabrielle n’était plus du genre ouverte depuis longtemps. Et si jamais elle avait fait cette démarche et que rien ne s’était passé, elle l’aurait assurément très mal prit, blessée. Ne faisant qu’extrêmement rarement le premier pas, ça l’aurait seulement confortée dans l’idée qu’il ne fallait pas approcher un garçon, même si ce dernier lui plaisait. Même si peut être elle ratait une chance. Mais ce soir, Gabrielle n’était plus sous son contrôle qui était très stricte d’ordinaire. Elle n’avait pas toujours eu un caractère froid et désagréable. Et elle ne l’avait pas avec son cousin ! C’était vraiment un effort de se couper du monde à ce point et de s’assurer que les gens ne l’approcheraient pas. Pour leur bien. Mais ce soir, ce contrôle légendaire s’était brisé. Ce n’était plus cet être qui avait farouchement luttée contre elle-même des années durant, des années d’une dureté inimaginable. Et elle n’était plus qu’un être fait de pulsions. Un black out total. Et ses pulsions, elles, ne s’offusquaient pas de voir le jeune homme s’éloigner, lui tourner le dos et l’abandonner. Elle avait entendu les mots, sans réellement les comprendre. Seul le ton permettait à Gabrielle d percevoir la teneur du propos. Mais ce soir, elle n’avait pas envie de l’oublier. Il était là et même s’il n’était pas son type, c’est lui qu’elle voulait. Alors que ces yeux dilatés suivait le départ du jeune homme, elle s’avança à son tour, le rattrapa et l’enlaça. Après avoir frotté avec entrain sa tête entre ses omoplates, elle lova sa tête dans son dos et serra fort le jeune homme dans ses bras. Depuis qu’elle avait été trahie par son unique « coup de foudre », à qui elle devait son état présent, le seul homme dont elle avait été aussi proche était son cousin. Enfin, cousin c’était plus une appellation qu’une réalité. Ils n’avaient pas de lien de sang, c’était suite à un mariage que leurs familles s’étaient liées. Mais comme ils étaient petits, c’était plus commode de simplifier, quitte à utiliser ce terme inapproprié. C’était le seul homme en qui elle croyait, en qui elle avait confiance. Depuis qu’elle avait accordé sa confiance, ce qui était assez rare, à la mauvaise personne, ça lui avait fait une sacrée baffe. Mais là, c’était un désir qu’elle se permettait, une fois son masque retiré. Pas question de confiance, puisque son intelligence et sa notion de fidélité étaient inexistant. Mais elle s’était tellement contrôlée, que se lâcher était enivrant, tellement bon. Et ce soir, cet enivrement était matérialisé par le brun aux yeux bleus qu’elle avait à la fois pris en grippes, et en même temps qui ce soir la faisait craquer parce qu’à force de jouer, on se brûle. Parce qu’elle n’avait pas été raisonnable. Parce qu’elle n’était partie. Maintenant, elle voulait au moins juste se sentir contre lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louka Rivera
Vampirisme
Vampirisme


Messages : 21
Date d'inscription : 15/07/2015

Feuille de personnage
Âge: 21
Côté cœur: Célibataire
Je suis un(e): Vampirisme

MessageSujet: Re: Bain de minuit   Sam 19 Sep - 22:03

Elle avait l'art de surprendre en tout cas. Ne connaissant ni son nom , ni même ce qu'elle cherchait réellement , en tout cas elle avait prit l'initiative de garder Louka dans son environnement. Le fait qu'elle vienne s'en amouracher d'un câlin pareil ne présager rien d'attendu. C'était même extraordinaire à concevoir. Outre les facettes aussi différentes les unes que les autres qu'elle pouvait lui présenter , Louka n'était pas aussi mystérieux qu'elle , et il fallait admettre que dans un sens comme dans l'autre cette accolade lui fit un bien des plus fou. Il n'était pas d'un naturel tactile ceci dit , mais comment refuser quand le geste est si gentiment effectuer ? Il resta dans la position initial pendant quelques minutes qui parurent des secondes , avant de se prendre en main et de devoir de nouveau lui faire face. A son tour il se mit à la saisir , mais lui , le fit par les hanches , ramenant son bassin au sien. De ses longs bras il entortilla sa fine silhouette qui chaque secondes défilantes devenait de plus en plus fraîche. Noyant le bout de son nez dans sa longue chevelure qui s'abattait sur sa devanture , il huma à pleins poumons l'odeur qu'elle dégageait. Il aurait aimé lui dire ' merci ' mais se contenta d'apprécier l'instant présent. Il ne tenait tout de même pas à s'éterniser dans ce contacte auquel il n'était que très peu habituer et avait beaucoup de mal aise à paraître tout à fait naturel. Il redressa un tantinet son regard le plongeant au loin sur les ombres chinoises qui se dessinaient dans la forêt sombre aux abords du lac. Les crocs de Louka n'était quand à eux toujours pas décider à s'évaporer , et l'odeur que la belle se voulait de dégager ne faisait que l'attirer davantage. Il en était si proche , si proche du but qu'il aurait pu la croquer comme on croque une pomme à pleine dent. Il n'aurait fallut que d'un fracas d'idée pour qu'il s'empare de sa peau de porcelaine. D'un geste doux il vient à effleurer sa dentition à l'épiderme de la brune ne faisant que des allés et venues. De temps à autre son souffle vint à s'abattre chaudement sur la surface de sa jugulaire , se délectant psychologiquement du gout censuré que cette dernière pouvait bien avoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabrielle de Valmont
Vampirisme
Vampirisme


Messages : 20
Date d'inscription : 15/07/2015

MessageSujet: Re: Bain de minuit   Sam 20 Fév - 13:03

La jeune femme se laissa faire entre les mains de cet inconnu, docilement. Habituellement, elle n’aimait pas être saisie par les hanches et son bassin soit collé à celui d’un homme. C’était trop connoté sexuellement et ca lui donnait l’impression de n’être bonne qu’à ca. Et son ego se rebiffait alors. Mais ce soir, ca ne l’a dérangeait pas, au contraire, ça avait même un certain charme de se sentir prise en main par un homme. Ses pupilles dilatées et ses pulsions avaient envie de ça. Elle se sentir enlacé, et fut encore une fois surprise de ne pas se sentir étouffée comme a son habitude. Elle se sentait bien. Simplement bien. Sans réfléchir, elle laissait sa peau frissonner a ce contact. Elle humait sans restriction son odeur et tendit son cou, s’offrent à son partenaire. Mais ce dernier la faisait attendre, s'approchait mais ne semblait pas décidé à aller plus loin. D’un geste rapide mais pas brusque ni violent, elle donna un petit coup de tête contre la joue de son homologue. Ses pulsions, quand elles prenaient le dessus, lui donnait toujours l’impression d’être un chat. Il ne manquait que les ronronnements. Et pendant qu’elle laissait son cou en évidence et sans défense, ses doigts caressaient en va et vient légers et constant le bras du brun. Malgré ses envies, elle n’osa pas monter davantage et encore moins glisser sa main sous le tee shirt de Louka. Son instinct lui disait que ce serait une méthode trop agressif et que ça le ferait fuir plus qu’autre chose. Elle se contenta d’être contre lui, et qu’il se laisse approcher. La bonne surprise était sa douceur, à laquelle elle ne se serait pas attendue quelques minutes auparavant. Un léger courant d’air se leva et s’il était trop doux pour ébranler les arbres robustes et majestueux, elle entendait les petites créatures se cacher et les brindilles suivre le sens du vent. Ce décor finale convenait parfaitement à la rencontre de deux êtres immortels, créatures de la nuit, aurait-elle pensé avec ironie si elle avait été maitresse d’elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bain de minuit   Aujourd'hui à 3:22

Revenir en haut Aller en bas
 
Bain de minuit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bain de minuit • DANAEL
» [Plage] Un bain de minuit
» Bain de minuit.
» Un rapprochement (PV Samia)
» Bain de minuit | with Jersey

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
River Woods Village :: River Woods Village :: La Nature :: Le Lac-
Sauter vers: